Le duo bière/santé

Le vrai du faux

Elle élève moins l’alcoolémie que le vin

VRAI Une même quantité d’alcool n’est pas assimilée par l’organisme de la même façon, selon qu’elle provienne de la bière, du vin ou de spiritueux. Le passage de l’alcool dans le sang est en effet moins rapide et le pic de l’alcoolémie moins élevé et plus tardif pour une boisson faiblement alcoolisée. Par ailleurs, l’alcoolémie décroit plus rapidement. Le taux d’alcool moyen de la bière est inférieur de 50% par rapport à celui du vin, 6% contre 12%. A quantité égale, la bière apporte deux fois moins d’alcool que le vin.

Elle fait grossir

VRAI et FAUX Comme toutes les boissons alcoolisées, la bière stimule l’appétit et apporte un surplus de calories. Cependant, aucune étude n’a mis en évidence le lien entre la consommation modérée de bière et la prise de poids. La bière, riche en glucides, protéines, vitamines et minéraux, est relativement peu calorique.La consommation modérée de bière ne fait pas grossir. Pourquoi ? Les personnes qui consomment de la bière (33 cl par repas) ont tendance à moins manger au cours de leur repas et en dehors des repas. L’idée que la bière fait grossir trouve probablement son origine dans les habitudes de vie et alimentaires, associées à la consommation immodérée de bière. Sans oublier des facteurs liés à l’évolution métabolique des personnes (andropause et ménopause).

Elle renforce les os

VRAI De faibles quantités d’alcool semblent avoir des effets bénéfiques sur la densité osseuse. Des chercheurs français ont analysé la densité osseuse de 7895 femmes. Il apparait que les femmes buvant un peu d’alcool tous les jours ont des os plus solides que celles qui n’en consomment jamais. Le houblon posséderait une propriété intéressante par l’action de l’humulone : il empêcherait l’autodestruction osseuse par les ostéoclastes. Plusieurs études menées par des équipes de chercheurs européennes et américaines confirment par ailleurs et expliquent cette propriété par le silicium contenu dans l’orge (National Institut of Health USA, Department of Food Sciences & Technology, University of California, Davi, USA).

Elle est mauvaise pour les diabétiques

FAUX Selon plusieurs études concordantes, grâce à l’éthanol qu’elle contient, la bière protègerait du diabète de type 2 si elle est consommée régulièrement et en quantité modérée. Selon une étude américaine réalisée sur près de 47 000 participants pendant 12 ans, le risque de développer un diabète de type 2 diminue de 36% chez les consommateurs modérés de boissons alcoolisées, bière ou vin, par rapport aux non buveurs. Enfin, les glucides contenus dans la bière étant issus de céréales, l’index glycémique est plus bas que celui d’un jus de fruit par exemple.

La bière est une boisson peu vitaminée

FAUX Fabriquée à partir d’eau, de céréales et de houblon, la bière est riche en potassium, magnésium, vitamine B, essentielles à l’équilibre nerveux, au métabolisme des glucides et à la qualité de la peau. Les vitamines de la bière notamment les folates, auraient également un rôle protecteur contre les maladies cardiovasculaires. Enfin, une consommation modérée de bière permettrait de couvrir les besoins journaliers en vitamines B.

La bière sans alcool ne contient pas d’alcool

FAUX La bière sans alcool contient une très faible quantité d’alcool. Conformément à la législation, la teneur en alcool d’une bière sans alcool ne doit pas dépasser 1,2%.

La bière est une boisson désaltérante

VRAI L’eau représente plus de 90% de la composition de la bière. Pour faire un litre de bière, il faut environ 200 g d’orge, 2 g de houblon, 1 cl de levure et 5 à 10 litres d’eau. Par ailleurs la bière est l’une des boissons les plus faiblement alcoolisée avec un taux moyen d’alcool de 5% en moyenne.

La levure de bière est bonne pour la santé

VRAI La levure est un micro-organisme végétal utilisé pour faire lever la pâte à pain et préparer des boissons alcoolisées comme la bière. C’est un aliment très nutritif, riche en protéines et vitamine B. La levure aide à reconstituer la flore intestinale et possède une action bénéfique sur la peau, les ongles et les cheveux.

La bière joue un rôle protecteur contre les maladies cardio-vasculaires

VRAI L’action naturelle de l’éthanol contribue à augmenter le taux de cholestérol HDL (le bon). Elle favoriserait aussi la fluidité sanguine en diminuant l’agrégation plaquettaire, à l’origine de la formation de caillots. La bière contient également des polyphénols aux propriétés anti-oxydantes (grâce à l’acide bêta du houblon et aux humolones) reconnus pour leur effets bénéfiques sur le système cardio-vasculaire. Une étude relativement récente publiée par le New England Journal of Medicine par le Pr Thun a clairement montré, au travers d’une population de 490 000 hommes et femmes âgés de 30 à 104 ans que la bière est, dans certains cas, efficace au même titre que le vin en matière de prévention des risques d’infarctus du myocarde. Pour bénéficier de ces effets positifs la consommation de bière doit rester modérée et régulière, la quantité d’alcool ingérée ne devant pas dépasser 2 à 3 unités d’alcool.

La quantité d’alcool pur consommée en France vient de la bière

FAUX Selon le très sérieux observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) chaque Français, âgé de plus de 15 ans, a consommé 12,1 litres d’alcool pur en 2010. Cette quantité d’alcool se répartit en plusieurs origines :

En litres : Vin 6,9 – Spiritueux 2,7 – Bière 2,2-  Divers 0,3

Avant de consommer une bière on peut connaître son alcoolémie

VRAI A l’initiative de l’Association des Brasseurs de France, les brasseurs français sont invités à faire figurer un pictogramme sur les bouteilles et sur les boîtes métal, il indique en fonction du degré les unités d’alcool. Cette information devient de plus en plus fréquente et permet à tout un chacun de contrôler son alcoolémie. Cette initiative française est unique en Europe.